La solidarité au cœur des peuples

Zones d’intervention

Organisation

Les villages de Doévikopé et de Gbonfoukopé font partie intégrante partie des communes de Baguida et Avépozo.

La plage de Baguida et Avepozo , comme tous les petits villages est organisée sous un régime de chefferie royale où le droit coutumier prévaut. Une famille détient le titre de lignée royale et doit elle-même choisir le futur Chef ou Roi parmi ses membres. . Un autre personnage a un rôle important. Il s’agit de la Reine représentante des femmes.

Pour gouverner le Chef s’appuie sur une association villageoise de développement le CVD, Comité Villageois de Développement, composé de notables ayant chacun la responsabilité d’un domaine particulier.

Il existe également un règlement intérieur pour définir notamment les jours de travaux communautaires hebdomadaires.

BAGUIDA

Les communes de Baguida et Avepozo se situent le long des cotes Togolaises dans la région Maritime,au Sud -Est de Lomé, la capitale.Et c’est d’ ailleurs la première capitale du Togo et le lieu de la signature du traité de protectorat allemand sur le Togo. En effet, le climat y est tropical avec 2 saisons pluvieuses ,mars à juillet et septembre à octobre) alternant avec 2 saisons sèches (novembre à mars et aout à septembre). La sécheresse y est renforcée par un vent chaud et sec, chargé de sable appelé l’harmattan. l’activité principale de ses habitants est la pêche et le jardinage des produits maraichers.c’est presque une population oubliée sur les côtes avec ses myriades de problèmes tels que : l’ absence des infrastructures scolaires, sanitaires,de gestion des déchets ménagers…

Bien que situé en bordure de mer et touristique, Baguida et Avépozo s’en trouvent excentrer et ne bénéficie aucunement du passage des touristes. Les village de Baguida plage (Doévikopé) et plage Avépozo (gbonfoukopé) a une population d’environ 1500 habitants dont plus de 40 % ont moins de 15 ans. Les habitants des villages font partie de l’ethnie EWÉ qui déborde en territoire Ghanéen où elle constitue 10 % de la population. On parle ainsi de l’Ewéland qui s’étend du Togo au Ghana. Il faut rappeler que les frontières sont souvent le fruit d’un découpage colonial qui n’a tenu aucun compte des particularismes ethniques. Bien que la langue officielle soit le français, de nombreux Togolais surtout en milieu rural parlent uniquement leur dialecte en l’occurrence l’Ewé dans ces villages. Toutefois, le Chef et les notables maîtrisent parfaitement le français.

KEVE

Kevé se trouve sur la Route Nationale N°5 (Lomé-Kpalimé)dans la préfecture de l’ Avé.la préfecture de l’Avé comptait six mille trois cent cinquante (6 350) habitants. Avé signifie « forêt » en Éwé, langue locale du sud Togo et dialecte de la localité. La ville de Kevé abrite donc une grande forêt dans laquelle se retrouve « Améssikpé », une divinité qui est le « protecteur » des fils et filles de l’Avé. De Lomé, capitale togolaise, il faut parcourir une distance de 50 km.Le commerce et l’agriculture sont des activités principales du milieu. Dans l’Avé, on y cultive le maïs (culture de rente), le manioc, le haricot et l’arachide. Akoumé (pâte du maïs) est le plat le plus prisé de la localité.Plus de la moitié d’ enfants marrainés/parrainés viennent de cette localité qui est le point de depart de nos actions humanitaires.